Association Eglise

 

Smartselect 20210623 124531 adobe acrobat

 

**********  2021  *********

26 avril 2021

ASSOCIATION POUR LA SAUVEGARDE DE L'ÉGLISE : FIN DE CHANTIER

Eglise St Laurent de Tocqueville : une phase de travaux se termine La restauration du maitre-autel de l’église de Tocqueville, avec son retable, ses statues et son grand tableau La Résurrection vient de s’achever. Le maître-autel, inscrit aux Monuments Historiques le 28 juin 1985 a été restauré par la commune, avec l’aide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, du Conseil Départemental de la Manche, de la Fondation du Patrimoine et de l’Association Alexis de Tocqueville pour la sauvegarde de l’église. Mardi 27 avril, Chantal Ducouret, maire de Tocqueville, et Denis Onfroy, président de l’Association avaient convié plusieurs des acteurs de cette restauration à se retrouver dans l’église pour admirer le résultat du travail. Etaient présents : Elisabeth Marie, conservatrice des Antiquités et Objets d’Art au Conseil Départemental, des représentants de la Fondation du Patrimoine : Jean Pierre Husson, délégué départemental et Michel Levron, nouveau bénévole, les restauratrices Delphine Hue, Agnès Archimbaud et Pauline Ruiz, le Père Michel Herbert, curé de la paroisse, ainsi que plusieurs membres du Conseil Municipal et de l’Association. Tous se sont accordés à vanter la qualité du travail effectué, ce que chacun pourra apprécier puisque l’église est ouverte à la visite tous les jours. Cet ensemble a été réalisé par Etienne-Jean-Philippe Aubin (1794-1863), menuisier de Valcanville, sous la direction de Bon-Charles Anthouard, aussi originaire de Valcanville, et curé de Tocqueville de 1820 à 1839. Ensuite, Just-Joseph Dupond, curé en 1839, mit en place les statues de Saint Laurent (achetée 400 francs, grâce à une subvention d’Alexis de Tocqueville) et Saint Vincent. Ces statues sont des moulages en plâtre, réalisées à la pièce en 1849-1850 par Maillard, sculpteur à Angers. Le tableau central, La Résurrection, par Legenvre, date de 1847. C’est une copie d’un très célèbre tableau peint par le frère André en 1711 et situé dans l’église Saint Louis de La Salpétrière, à Paris. La restauration s’est déroulée sur un an, de mars 2020 à avril 2021. Elle a permis tout d’abord de consolider ou remplacer plusieurs éléments de menuiserie et de sécuriser le piétement et la fixation du retable au mur. La gloire rayonnante et le tableau La résurrection ont été déposés. La gloire a été rénovée sur place. Le tableau a été emporté dans les ateliers d’Agnès Archimbaud et Pauline Ruiz. La statue en pierre du XVe siècle de la Vierge à l’Enfant, initialement située au-dessus du tabernacle, a été restaurée dans l’atelier de Frédéric Rouchet à Granville, et, à son retour, placée sur l’autel de la chapelle du Rosaire. Delphine Hue, maître artisan en polychromie et dorure sur bois, a entrepris un long travail de nettoyage et restauration des peintures et dorures. Sous la couche de peinture de faux marbre, elle a découvert un visage d’ange laissant imaginer un premier décor très différent de l’aspect actuel. Après avis pris auprès de la Conservatrice des Antiquités et Objets d’Art du département, il a été décidé de dégager entièrement les Anges Adorateurs. Le 15 avril 2021, avec la remise en place de la gloire rayonnante, ornée à la feuille d’argent, et du grand tableau, le maître-autel a retrouvé tout son éclat et, en partie, son décor d’origine, près de deux siècles après son édification. Cette opération clôt une tranche de travaux entreprise en 2017 avec, entre autres, l’installation d’un nouvel éclairage et la restauration du tableau classé Le Sacrifice d’Abraham, qui a suivi les grands travaux entrepris en 2008 avec notamment la réfection de la couverture de l’église et du clocher et la restauration des vitraux. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Il reste à régler les problèmes d’humidité des murs et du sol liés à l’implantation de l’édifice, semi enterré au pied d’une colline aux nombreuses sources. Une étude a été confiée au cabinet d’architecte de Monsieur Pougheol, qui a déjà œuvré dans la région en dirigeant notamment les travaux récents de l’église de Valcanville. Il a défini les travaux nécessaires de drainage à l’extérieur et à l’intérieur de l’église. Pour la petite commune de Tocqueville, c’est un énorme chantier, évalué à 200 000 €. Aussi la prochaine phase consiste à rechercher les financements, avec le support actif de l’Association qui a été créée pour aider la commune à financer les travaux de l’église. ********* CONTRIBUTIONS ********** Chacun peut contribuer en faisant un don sur le site dédié de la Fondation du Patrimoine : www.fondation-patrimoine.org/2244 ou en se rendant sur le site de l’Association www.tocqueville-association.org ===================

 

******?*****

 

Smartselect 20210223 082211 samsung internet

Delphine Hue, maître artisan en polychromie et dorure sur bois, a entrepris un long travail de nettoyage et restauration des peintures et dorures de l’autel de l’église Saint-Laurent de Tocqueville (Manche), dans le cadre de la phase de restauration en cours.

Sous la couche de peinture de faux marbre, elle a découvert un visage d’ange laissant imaginer un premier décor très différent de l’aspect actuel.

Après avis pris auprès de la Conservatrice des Antiquités et Objets d'Art du département, et en accord avec la municipalité et l'Association de sauvegarde de l'église, il a été décidé de dégager entièrement ses anges adorateurs.

https://actu.fr/normandie/tocqueville_50598/la-restauration-de-cette-eglise-du-cotentin-revele-une-decouverte-etonnante_39665887.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook#Echobox=1614020799

 

*************************************************************************************************************************

Pour les activités avant 2021 cliquez sur le lien => ICI

Date de dernière mise à jour : vendredi, 25 juin 2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire